0 items / 0.00

VIOLENCE ET SOLIDARITE REVOLUTIONNAIRES Jean Barrot

20.00

Image of VIOLENCE ET SOLIDARITE REVOLUTIONNAIRES Jean Barrot

Brochure très rare Anarchiste du « mouvement Communiste » de 1974 par Jean Barrot aux "éditions de l’oubli ».
VIOLENCE ET SOLIDARITE REVOLUTIONNAIRES_42 Pages.

La violence est un rapport nécessaire dès qu’une situation bloquée ne peut se résoudre sans recours à la force. L’état intervient beaucoup plus directement en Espagne qu’en France parceque le capital y est beaucoup moins présent dans tous les aspects de la vie. Aussi la violence y est-elle plus souvent un moyen de satisfaire une revendication ou de mener une action radicale, comme le prouve l’histoire du « MIL » . Mais son évolution montre également comment la violence change de fonction et s’autonomies du mouvement révolutionnaire dès qu’il n’est plus capable de là maitriser. Face aux procès de Barcelone, la tâche minimum était, et reste, d’aider les emprisonnés comme on le peut, et de faire connaitre la réalité du mouvement contre le mensonge des états, de la gauche, des gauchistes mais aussi de clarifier la question de la violence, et de limiter ainsi les erreurs et errements présents et futurs.

Jean Barrot, sous son vrai nom Gilles Dauvé est un écrivain et traducteur français né en 1947. Il a publié plusieurs livres sous le pseudonyme de Jean Barrot, puis sous son propre nom. En 1969, Gilles Dauvé prend part aux rencontres organisées par Informations et correspondances ouvrières, à l'occasion desquelles il écrit la brochure Sur l'idéologie ultragauche, reprise dans le recueil Communisme et question russe. Les contacts établis avec de jeunes ouvriers lors de l'enterrement de Pierre Overney, où La Vieille Taupe avait distribué un tract, permettent de créer le bulletin Le Mouvement communiste. Dauvé en est le principal rédacteur, même si quelques autres personnes relisent et amendent ses textes. Le bulletin est rapidement diffusé à 1 000 exemplaires, notamment à l'usine Renault de Boulogne-Billancourt, mais l'enthousiasme ne dure pas. La tentative de fusion avec le bulletin Négation n'aboutit pas, et la librairie La Vieille Taupe ferme ses portes en décembre 1972.
Sous le nom de Jean Barrot, Gilles Dauvé publie également, sous le même titre, son premier livre Le Mouvement communiste, fortement influencé par la relecture de Karl Marx par Jacques Camatte.